15. janv., 2015

POURQUOI JE NE SUIS PAS CHARLIE

Comme tous les Français, j’ai été choqué par les 10 jours qui viennent de s’écouler. J’ai eu de la peine pour TOUTES les victimes. J’ai éprouvé une peur légitime et raisonnée en face de la barbarie aveugle et folle. J’ai été révolté et très en colère que NOTRE République soit ainsi bafouée par des rats de la pire espèce qui prétendent défendre une mémoire pour le moins improbable.

Mais je l’avoue, je n’ai jamais, ne serait-ce qu’une seule fois dans ma vie, ouvert « Charlie Hebdo ». Je n’en tire aucune fierté particulière, je suis simplement comme la majorité des gens, car la majorité des gens n’a jamais eu ce journal en main. Dès lors, j’aurais eu le sentiment de la plus extrême vacuité (ou peut-être hypocrisie) en adoptant ce nom.

Mais ce n’est pas la raison profonde pour laquelle je refuse de me mêler à la marée humaine des « Charlie ».

Je préfère dire « je suis Français » et c’est en tant que français libre que j’exprime mon indignation. Je suis conscient de la chance et de l’honneur d’être français.

Mais, au-delà, si je ne suis pas « Charlie », c’est parce qu’arrive aujourd’hui, ce que je redoutais clairement, une vaste récupération politique.

Le Président, pour une fois s’est comporté dignement, mais qui ne l’aurait fait (et j’ajoute, qu’il était probablement temps que cela arrive) ? Le premier ministre a clamé la révolte des citoyens blessés, n’a-t-il pas fait QUE son devoir ? Le ministre de l’intérieur a prononcé des mots rassurant n’était ce pas son rôle ? Je dirais, sans doute un peu trivialement, ils ont fait le boulot et, que je sache, ils sont payés pour cela.

Pourtant la cote de popularité de ces messieurs, comme celle de leur « opposants » de l’UMP, remonte et cette remontée leur donne des allures de vainqueurs, glorieux défenseurs, qu’ils ne sont pas plus que d’autres.

Les évènements qui se sont produit n’ont été possibles que par l’existence de leur incurie établie durant des décennies. Qui, en effet, a réduit, année après année, les budgets de l’armée et de la police ? Qui tient des discours perpétuels sur la repentance et la haine de soi, lesquelles ne font qu’encourager l’animosité contre la France et contre les français ? Qui autorise une immigration massive totalement injustifiée et porteuse de division et de heurts ? Qui a conduit notre société au multiculturalisme contre l’esprit républicain ?

En somme, je n’ai nulle envie de conforter le pompier pyromane.

Je n’ai pas attendu « la survenance du malheur », moi, pour aimer notre armée et nos militaires. Je n’ai pas attendu pour soutenir notre police et nos policiers. Je n’ai pas attendu pour aimer ce pays auquel je dois tout ce que je possède et, pour la défense duquel, mon père mes oncles et plus loin mes grands pères ont payé le prix du sang.

Je suis attaché aux institutions de notre pays et à ce titre je ne peux m’allier à ceux qui les ont menées  si bas. Qui a déchu la fonction de Président ? Celles de ministres de la République ? Qui a autorisé par laxisme et fautes politiques la dégradation de la liberté de l’honneur et de la dignité d’être français ? Je pense que ceux sont ceux qui ont au premier jour du cataclysme décidaient d’une union à leur convenance excluant par la voix de nombre d’entre eux la participation d’un grand nombre de français dont je fais partie.  

Voilà pourquoi je ne suis pas Charlie.