30. sept., 2016

PRESIDENTIELLES ! A VOS MARQUES PRETS ? PARTEZ….

Nos hommes politiques sont de drôle d’oiseaux qui volent de façon déconcertante et vraiment aléatoire, guidés seulement par la perception immédiate de ce qu’ils croient être des cibles opportunes pour leur réussite…électorale. Leur fortune, ne nous leurrons pas, est en fait leur seul but, c’est là leur lacune, c’est là notre infortune.

De Funès, alias Pivert, disait, il y a 40 ans, dans un film aussi populaire qu’une Présidentielle : « je promets tout et je ne tiens rien ! ». Vous aurez notez au passage que cela se passe à peu près au même moment que le début de la dégringolade…Pour la France…

En 2002, pour ne pas remonter aux calendes grecques, Chirac (« le meilleur d’entre nous »…pour la tchatche), disait déjà je vous promets (réduction de la fracture…blablabla…) et il rentra à l’Elysée pour y traquer le néant de son action oubliée, une fois les feux de la campagne éteints, et y poursuivre sa longue sieste.

En 2007, Sarkozy nous annonça l’usage du karcher pour éradiquer la délinquance, le banditisme dont nous  eûmes une aggravation avec en plus le terrorisme sans réaction.

Mais celui qui plane au dessus de tous les autres, celui qui détient la palme de toutes les audaces verbeuses, suivies des plus odieuses manigances  qui se finissent en piteux épilogues, c’est bien François Hollande.

Par parenthèse, celui qui fut membre de l’ENA, enseigne dont il fit un anagramme qui lui va comme un gant, en qualité de pitoyable Président de la Corrèze dont il a rendu les clefs après l’avoir rendue exsangue, fut un bonimenteur de première classe pour avoir fait croire au Français qu’il pouvait réussir dans un ciel plus haut.

Cependant, il en est deux autres qui se profilent à l’horizon dont, comme celui de Pinocchio, le nez s’allonge au fur et à mesure que se profilent la ligne de crête des échéances décisives de ce qu’ils espèrent être le théâtre de leur adoubement national.

Il y a d’un côté, cette espèce d’histrion par la tonalité de sa méthode, mais Brutus par ses actes, qui se pose en défenseur d’un camp (la gauche) auquel il n’appartient ni par l’origine ni par les idées, tout en espérant l’appui de l’autre camp (prétendument la droite). Le procédé se veut habile mais les ficelles paraissent un peu grosses…Quoique souvenons-nous…2012… !

D’un autre côté, il y a un vieux cheval de retour qui par son profil et  ses recettes nous rappelle l’autre, celui de 2002, qui hors de la campagne ne bougeait plus une oreille. Qu’est-il possible d’attendre d’un homme qui brigue l’adhésion populaire après avoir frôlé grâce au sursis généreusement accordé, la quarantaine du cachot d’infamie ? …De celui qui n’a jamais réussit aucune figure à faible altitude et voudrait nous faire croire qu’il réalisera des prouesses de haut vol ?...De celui qui échoua par inexpérience mais menace d’échouer par la mauvaise perspective idéologique qui l’entraine à vouloir diluer la Nation dans une espèce de « vivre ensemble » qui ressemble à un « soumission aux autres » ?

Alors, quelle est la solution pour une France qui part à vaut l’eau dans la terreur de l’islam. Le FN bien sûr avec MARINE LE PEN.

La survie c’est maintenant ! Plus tard, il sera trop tard !

 

Jean-Jacques FIFRE