9. nov., 2016

UN DEBAT PLUTOT CREUX

En savons nous un peu plus sur celui qui sera le candidat de la droite à l’élection présidentielle de mai prochain ?

C’était secrètement le souhait que nous pouvions avoir en nous installant confortablement dans notre fauteuil pour écouter cette controverse qu’on nous annonçait comme un duel ardu sinon sanglant, entre des candidats qui s’adorent pourtant tous comme de vieux amis de trente ans.

Fût-ce un bon débat ? On peut certainement répondre par l’affirmative…Enfin, disons qu’il fut bon dans son aspect formel. Nous avons pu observer des candidats concentrés (à l’extrême dans le cas de Juppé qui avait peut-être dépassé l’heure de se reposer et nous parut comme la première fois un peu assoupi ; beaucoup moins dans le cas de NKM qui endossa la posture un peu agitée et frondeuse de l’espiègle), des candidats qui avait bien préparé leur sujet, des candidats respectueux des règles du jeux… Copé fut rigollot comme on ne l’avait jamais vu, Lemaire toujours aussi sûr de sa jeune destinée, Fillon certain d’être le meilleur élève du groupe, enfin bref, individuellement et formellement ils furent tous bons…. Mais la meilleure fut NKM, en tous cas celle qui se démarquait le plus et pas seulement parce qu’elle est une femme plutôt belle et souriante, mais parce que sa présence sembla très vite allochtone. On l’aurait plutôt imaginée dans la  primaire du PS ou mieux celle des verts.

En fait, cette représentation fut parée des meilleurs qualités qu’on trouve dans un opéra. Belle musique, belle voix, beaux costumes, mise en scène réussie mais tout cela pour un scénario assez mièvre or malheureusement en politique, à l’inverse de l’art lyrique, le contenu c’est quand même ce qui est le plus important.

Donc, le fond fut mauvais.

Tous se  sont montraient mauvais comptables qui proposent des baisses d’impôts (pour contenter les uns) mais des hausses d’effectifs publics (pour contenter les autres) et assure ainsi faire baisser la dette…Un nécessaire retour au fondamentaux semblerait utile pour eux.

Tous, en revanche, sécurité oblige, s’approprient par pans entiers le programme du Front National, tout en maudissant Marine Le Pen.  Suppression de nationalité, expulsions tous azimutes, internement massifs…des élèves qui dépassent le maitre.

Il n’est pas même leur douceur habituelle, à savoir l’U.E qui échappe à leur critique. Juppé est prêt a remettre en cause les empêchements communautaires, Lemaire et Fillon a remettre des frontière nationale…Marine a dû jubiler en entendant ces propos.

Nous n’en savons pas vraiment plus sinon que la présence de l’un d’entre eux est assurée en final contre Marine à laquelle dans un bel ensemble ils promettent un front républicain incontournable.

Ils ont simplement oublié (sauf peu être Fillon) que l’élection du Président est une affaire d’hommes et de femmes plus que de partis politiques.  

Jean-Jacques FIFRE