10. nov., 2016

CETTE BONNE LECON DONNEE PAR L’AMERIQUE VAUDRA T- ELLE LECON POUR TOUS ?

Le monde entier s’est éveillé ce matin en se demandant ce qui avait bien pu se passer dans la nuit américaine pour que la donne politique soit aussi différente de celle qui prévalait à l’instant où il ‘est endormi.

Hilary CLINTON donnée vainqueur hier est renvoyée aujourd’hui loin de son rêve démesuré et aiguisé par ses échecs et ses erreurs.

Le verdict d’un jour s’est trouvé renversé par ceux qu’il concernait et qui ont retrouvé le moyen de se faire entendre.

Quelle leçon la victoire de Donald TRUMP peut-elle nous enseigner ?

En premier lieu, nous ne pouvons pas ne pas constater que la grande défaite annoncée jusqu’aux tous derniers instants, avec la volonté du désespoir,  par les tenants du système, s’est transformée en quelques heures en un triomphe incontesté pour le candidat Républicain. Il faut en conclure que les médias, cornaqués par les élites de « l’establishment », ont perdu un combat qu’ils gagnaient toujours auparavant en diffusant le sentiment de peur et le mensonge. Nous avions eu un avant goût de cela, ici, avec le BREXIT. Voilà le vrai changement !

En second lieu, les messages anti-TRUMP, que n’ont cessé de marteler avec une véhémence qui sema le doute, les mêmes élites, n’a pas trouvé d’écots dans le corps électoral. Les Américains ont su établir la part de la vérité et n’ont pas cédé aux fausses accusations de racisme, de machisme, de corruption et d’incompétence adressés au candidat du véritable changement. Cela est d’autant plus manifeste que dans le même temps toutes les indulgences étaient accordées à son adversaire démocrate malgré les nombreuses parts d’ombres qui entouraient sa candidature. C’est un véritable encouragement pour la justice et la morale.

Enfin, le nouveau Président des Etats-Unis a su mobiliser les électeurs qui d’habitude restaient chez eux et avaient définitivement renoncé par désespoir dans la politique. Il a impulsé une espérance pour un peuple qui semblait résigné et s’abandonnait à la tutelle de ceux qui prétendaient savoir ce qui est bon pour lui mieux que lui-même. C’est un vrai message d’avenir pour la démocratie !

Hier, nous observions avec regret, partout, un fatalisme et une résignation affligeante qui contribuait à la poursuite d’une politique qui ne tenait pas compte des vrais enjeux qui touchent le peuple. Ce pouvoir ancien, corrompu et attaché à la préservation des privilèges de la fine fleur des castes dirigeantes  au lieu de grandir la démocratie la muselait au contraire et malgré un positionnement apparent  en faveur de l’égalité avait marginalisé et sacrifié une grande part de citoyens oubliés par la mondialisation.

Mais cela c’était hier, c’était avant.

 

Jean-Jacques FIFRE