19. mai, 2019

LE 26 MAI 2019 UN TOURNANT DECISIF

VOTER LR N'EST PAS LE MEILLEUR MOYEN DE FAIRE BARRAGE AUX DERIVES MACRONIENNES.

LR, le parti de "la droite", c'est en tout cas ainsi qu'il se définit, veut refonder l'Europe. Entendons qu'il prétend réformer l'Union Européenne qu'il a, depuis 30 ans, largement contribué à façonner telle qu'elle est aujourd'hui, même s'il se nommait alors RPR puis UMP, même s'il fut dirigé par Chirac, qui en bon Gaulliste exprimait une opposition farouche à l'adhésion de la France avant d'en devenir un furieux adepte. Sarkozy, qui lui a succédé, a été, de son côté, jusqu'à contredire la voix du peuple pour enfoncer le clou, niant du même coup le sens démocratique d'une union qui depuis devient de plus en plus bureaucratique sinon dictatoriale.

FXB, le leader de campagne de cette droite du compromis permanent, admet, avec une pertinence  contrainte, que  si les Britanniques ont choisi de quitté le navire, c'est bien parce que les avantages retirés de leur adhésion étaient largement effacés par les inconvénients supportés.

Pour ce qui concerne la France, il observe, avec justesse, que notre économie a été fragilisée. Il note avec raison que l'immigration ne peut être maitrisée dans le contexte de Schengen. Il souligne que les contraintes normatives excessives sont un poids exorbitant, et, conclut-il, une large part de nos concitoyens partagent ce point de vue. Or, tout ces constats on été faits depuis belle lurette par d'autres partis de droite plus lucides et sans doute moins portés à des postures ultralibérales.

Cependant, selon lui, l'UE aurait permis la paix !

On peut être d'accord avec lui sur l'ensemble de son bilan, hormis ce dernier point.

Si le continent a connu depuis 1945 l'absence de conflit armé, est-ce vraiment l'UE qui en fut la garante ? Rien n'est moins sûr ! Que ce serait-il passé sans la dissuasion nucléaire matérialisée par la guerre froide entre les USA et l'URSS d'une part et sans la force de frappe Française d'autre part ? Par ailleurs, parler ainsi de la paix sur le vieux continent, c'est oublier un peu vite le détestable conflit des Balkans où elle s'est couchée devant le diktat Américain et c'est aussi passer par profits et pertes les conséquences de ses lâchetés.

Pour réformer cette Europe qui lui déplait, FXB propose de refuser tout élargissement nouveau. C'est bien le moins que l'on puisse imaginer lorsque, déjà à 27, le navire menace en permanence de se retourner. Il suggère la préférence Européenne en matière de production industrielle et agricole. N'est-ce pas là, le contraire du libre-échange établi par ses amis bien aidés par ses adversaires "socialistes" ?  Que n'ont-ils eut cette prédilection plus tôt ?  Enfin, il propose de se protéger de l'immigration par le rétablissement des frontières et l'établissement d'un pacte contre l'islamisme. Est-ce vraiment sérieux de leur part quand la situation actuelle découle directement et pour une large part de leur action dans le sens d'un  accueil immodéré et d'une tolérance coupable à l'égard des mouvements migratoires.

En outre, il recommande la transmission intergénérationnelle des valeurs de notre civilisation. Comment croire à cet engagement quand ce parti a permis, au cours de ses pérégrinations dans les allées du pouvoir, les dérives que nous savons à ce sujet qui ont tant contribué à détricoter notre histoire et notre identité nationale ?

Tout ce discours convenu, et déjà utilisé en d'autres circonstances, ne saurait séduire ceux qui attendent vraiment le renouveau d'une France souveraine prête à assumer un avenir solidaire avec ses partenaires Européens.

 

Jean-Jacques FIFRE