21. janv., 2014

L'art Français de la guerre

Auteur : Alexis JENNI

Titre : L'art Français de la guerre

Editions : GALLIMARD / FOLIO

J’ai pris pour habitude de livrer ici mes impressions (récusables) sur des livres dont la qualité est inversement proportionnelle à l’intérêt médiatique qu’ils suscitent.

En l’occurrence, ce principe  n’est pas, ici, respecté puisque le récit d’Alexis Jenni a été récompensé par le prix de l’académie Goncourt en 2011.

Premier livre et récompense suprême. Coup de maître pour un coup d’essai.

On a tout dit sur ce très beau roman.

L’écriture de l’auteur trouve sa grandeur dans sa simplicité auréolée d’une fluidité subtile. L’authenticité du récit est évidente à chaque page et lui donne sa force.

« L’art Français de la guerre » semble s’énoncer comme un réquisitoire contre la violence et la notion de race qui seraient le moteur l’un de l’autre dans l’histoire récente ou plus ancienne de la France.

Ces deux concepts « noirs » seraient inhérents à la nature de notre pays. Je crois   qu’ils le sont en fait à la vie, tout simplement. ..La violence est dans l’étreinte des amants, elle est aussi présente dans le trépas ; elle est là aussi dans la naissance, c’est à dire dans l’accouchement maternel.

Le besoin de reconnaissance, d’identification d’appartenance existe ici et là.  

Tout cela est un peu déroutant, c’est une vision plutôt singulière et polémiste de l’histoire de la France selon laquelle les guerres coloniales trouveraient leur prolongement dans les heurts sociaux d’aujourd’hui. C’est sans doute en partie concevable.

On peut ne pas être en totale adéquation avec la pensée d'alexis Jenni  mais on lit ce livre avec un intérêt indéniable et une attention qui vous pousse à  une assiduité sans échappatoire.