12. déc., 2012

LE CERCUEIL ROUGE

L’auteur : Sam EASTLAND

Le titre : LE CERCUEIL ROUGE

Edition : Anne Carrière – POCKET

 

 

Bien écrit et surtout traduit de l’Anglais avec beaucoup de justesse ce roman présente un double intérêt :

Il s’agit, d’abord, d’un thriller époustouflant qui tient en haleine du début jusqu’à la fin. L’inspecteur PEKKALA, le personnage principal, héros imaginaire, mais qui aurait pu réellement exister, tant la vraisemblance des évènements qui s’enchainent ne crée jamais le doute, est un personnage aux facettes multiples, étranges, fascinantes, auquel on finit par s’attacher.

Ensuite, la description fouillée et précise de la société soviétique des années qui précèdent la guerre mondiale, montre à quel point le système politique agit comme un rouleau compresseur sur les citoyens, qui après les bouleversements de la révolution d’octobre se sont retrouvés dans un univers de terreur, d’incertitude et de désespérance.

Ancien proche collaborateur de Nicolas II, PEKKALA occupe, après une longue période de « rééducation » douloureuse, le même rôle auprès de Staline. (Il est des destinées qui se moquent des contextes) Il est donc chargé par le « petit père des peuples » de diverses enquêtes d’état. Son statut est si particulier que même le NKVD de triste mémoire n’a aucune prééminence sur lui. Ses pouvoirs sans presque de limites auraient pu faire de lui un horrible tyran, ce qu’il n’est pas devenu.

Il témoigne, sans vraiment la combattre, de la démesure et de l’horreur du système soviétique qui broie les individus comme le nazisme a broyé les juifs, les tziganes, les minorités et tous ses opposants. L’abjection provoquée par le communisme dans ces années là ne semble avoir rien à envier au crime Hitlérien si l’on s’en tient à l’évocation qui en est faite ici.

Je recommande ce livre à tous les amateurs de récits palpitants et sans temps morts. Je le recommande aussi à ceux qui sont friands de romans historiques et notamment de l’histoire politique du XXème siècle.