19. mai, 2014

A Nice en 1796.


Bonaparte prit le commandement de l’armée d’Italie le 27 mars 1796 à Nice. Ce jeune général, au fait d’arme brillant mais encore unique du siège de Toulon, ne rencontra pas d’emblée l’assentiment et le soutien inconditionnel des généraux Augereau, Serrurier, Laharpe et Masséna, qui constituaient son état major.
Initialement l’objectif fixé au général Bonaparte par le Directoire dans la première campagne d’Italie était subsidiaire de l’engagement principal confié aux généraux Jourdan et Moreau auxquels avait été confiée la mission principale de combattre les Autrichiens sur la Main et le Danube.
Mais c’était méconnaitre la vaillante détermination du jeune et bouillant Corse. C’était ignorer son réalisme téméraire. Il ne se contenta pas d’ouvrir un deuxième front et d’obliger l’adversaire à se partager. Il vainquit la première coalition établie contre la République. En un an il contraint l’Empire d’Autriche à abandonner l’Italie et à reculer sur la rive gauche du Rhin. Son ambition lucide dessinait déjà l’image du futur Empereur NAPOLEON 1er.